Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 10:20

L’été est bel et bien revenu apportant soleil, fruits, légumes, et énergie ! Quel bonheur que de replonger dans ses vieux albums reggae pour profiter du farniente d’un début d’après-midi ou de la fraîcheur salvatrice d’un début de soirée aux odeurs de vacances. Votre humble serviteur musical vous propose de redécouvrir 5 des concerts reggae qui ressortent à chaque saison estivale pour rythmer ses journées.

N°5 – Yellowman with Charlie Chaplin / The Negril Chill Challenge / 2000 Reachout International Records Inc.

Cette galette est juste le témoignage intemporel d’un clash mémorable entre deux des plus grands toasters jamaïquains que les 80s/90s aient connu. D’un côté le King Yellowman, albinos fait roi, qui déchaine les foules avec ses textes provocateurs et souvent connotés sexuellement. En face de lui Charlie Chaplin, un adepte des paroles conscientes qui visent à délivrer un message de paix et de spiritualité dans la joie et la bonne humeur. Les deux sont talentueux, hargneux dans les duels, et capables de provoquer l’hystérie dans leurs publics respectifs. Yellowman arrive en favori puisqu’il joue sur ses terres, mais le sage rasta qu’il a pour challenger ne se rendra pas sans lutter de toutes ses forces. Qui l’a donc emporté au final à part la culture reggae ? Vous le saurez en écoutant le Negril Chill Challenge !

N°4 – Gentleman and the Far East Band / The Cologne Session 2003 / 2003 Four Music

Une des révélations du début des années 2000 venue d’Allemagne, voilà le statut de Gentleman avant sa tournée mythique de 2003 où son talent a explosé à la face du monde. Le double album présenté ici est l’enregistrement du dernier concert du rasta teuton le plus talentueux avec le Far East Band. La prestation est tout simplement hallucinante, Gentleman enchaine les titres avec grâce et énergie pendant que tout le collectif derrière lui joue à son meilleur niveau pendant 23 morceaux. Entre Jah Jah Never Fail, Live it Up, Runaway ou Man A Rise il y a tellement de qualité à tous les niveaux (productions, solos, improvisation, public déchainé) que ça en deviendrait presque indécent pour nos tympans. Une vraie pépite bourrée de positif.

N°3 – Israel Vibration / Live Again ! / 1997 Tafari

Un live backé par les Roots Radics alors que les légendaires Israel Vibration étaient encore trois sur scène. Skelly, Wiss & Apple sont au top alors qu’ils chantent leurs plus grands tubes avec force conviction rasta et talent. Dès le second titre (Same Song) le ton est donné : une prestation énorme se prépare. Et c’est le cas tout au long des 14 morceaux enregistrés avec une grande intensité qui procure énormément de bonnes vibrations. Difficile de ressortir des titres tant la qualité est au rendez-vous, cependant à titre personnel je mettrai On The Rock, Red Eyes, Strength Of My Life et Never Gonna Hurt Me Again au panthéon des titres reggae.

N°2 – Matisyahu / Live at Stubb’s / 2005 Sony Music

Venu du hip hop et du slam Matisyahu (qui est de confession juive et non pas rastafari) aime jouer dans différents registres : hip hop donc, mais aussi funk, beatbox, rock mais surtout roots reggae. Enregistré en 2005 du côté d’Austin Texas le concert qui a été donné ce jour est en tout point remarquable. Les musiciens sont particulièrement affutés, Matisyahu est en pleine forme, l’ingé son assure grave et les spectateurs sont en transe. Le crew balance du lourd 12 pistes où le chant, le flow et le timbre si particulier du chanteur font mouche à chaque parole. Impossible de ne pas accrocher, et d’en profiter pleinement parce que les albums suivants du bonhomme furent loin d’atteindre l’excellence de cette prestation.

N°1 – Bob Marley & The Wailers / Rastaman Vibration Deluxe Ed. - Live At The Roxy, California, 1976 / 2002 Island Records

J’ai pu découvrir ce concert à l’occasion de la réédition du disque Rastaman Vibration en édition deluxe il y a plus de 10 ans de ça. On y retrouve un Bob Marley en pleine forme qui nous sort encore une fois une prestation de très haut niveau, mêlant le côté sec de certaines interprétations de ses meilleurs morceaux (Rebel Music, Lively Up Yourself, I Shot The Sheriff, Burnin’ & Lootin’, etc.) avec une chaleur cuivrée imperceptible mais bel et bien présente. Tout ceci donne un concert bougrement efficace, qui sèmera les jalons de l’identité rasta à travers le monde de par sa diffusion et son immense succès. Décidément il faisait bon vivre en Californie dans les 70s et ceux qui auront assisté à ce concert doivent s’en souvenir encore aujourd’hui !

 

Partager cet article
Repost0

commentaires