Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 23:58
numerisation0002.jpg


Label : Makasound
Date de sortie : 09/11/2009
Genre : Reggae

Il est enfin là ! L'album de reggae qui devait montrer aux Etats-Unis, et à la côte ouest plus précisément, qu'une nouvelle musique posée, planante et pleine de spiritualité arrivait des îles pour tout emporter sur son passage !

Le label Makasound, toujours à la recherche de petites perles reggae oubliées, réédite l'album des Rastafarians vingt-huit ans après son enregistrement ! Et l'attente en vaut largement la chandelle ! Merci donc à ce petit label français qui mérite plus de reconnaissance.

Merci aussi à Mikey Ras Star qui fut le principal instigateur de la création des Rastafarians dans le courant des années soixante-dix. Pas étonnant, à l'écoute de ce seul album du groupe, que la Californie ait succombé aux charmes de la musique envoûtante de ces fumeurs de ganjah aux dreadlocks interminables. Tout transpire l'authenticité sur ce "Orthodox" qui rappellera d'ailleurs aux nostalgiques le vrai son du reggae original. Un poil de ska, quelques influences blues, un soupçon de musique africaine et puis cette basse surpuissante à contre temps, ces choeurs mystiques, ces guitares aux riffs acérés ou au skank tranquille : du bon gros reggae des familles quoi !

A lui seul le morceau "Jah Greatest Blessings" vaudrait le détour pour une après midi entière, rien à jeter, que du bon à prendre : on pense en vrac aux Zap Pow, à Cultural Roots ou à Burning Spear, en mieux parce qu'encore plus psychédélique...c'est tout dire !

Puis on évoquera ce "Rasta Theme" qui pourrait passer en boucle lors de soirées de commémoration de la mort de Bob Marley en 1981 justement, tellement ce morceau est intense et entraînant. Le track "Orthodox" pourra séduire quant à lui grâce à son fort penchant afrobeat, une influence majeure qui s'est perdue depuis au plus grand dam des puristes...

Le reste de l'album est du même accabit, incontournable donc. Tant qu'à revisiter l'histoire du reggae faisons le avec les meilleurs, et les Rastafarians en font partie, assurément.   

Tracklisting :

1 Rasta Theme
2 Seek H.I.M
3 Orthodox
4 Occupation
5 This Ya Music
6 A Love We Deal Wit
7 Jah Greatest Blessings
8 Roll Call
9 Words Of Wisdom
10 Hold On Jah Jah Children

Musiciens :
Lead vocals: Haile Maskel on Roll Call, Orthodox, Love We A Deal Wit, Hold on Jah Children, Words Of Wisdom, Rastafarian Theme,Woldé Manfesskiddus on Jah Greatest Blessing, Occupation, Seek Him
Binghi on This Ya Musik
Background vocals: Haile Maskel, Woldé Manfesskiddus, Binghi, Herb Daly, Vision, Tony Moses
Synthesizers: Elias Negash, Haile Maskel, Binghi
Organ and Piano: Binghi
Clavinet: Elias Negash, Haile Maskel
Solo Guitar: Herb Daly
Pick Guitar: Haile Maskel, Vision
Rhythm Guitar: Haile Maskel
Bass: Haile Maskel
Drums: Woldé Manfesskiddus
Percussions: Haile Maskel, Woldé Manfesskiddus
Harmonica: Gary Smith




Ici : un lien pour vous procurer "Orthodox" en cd ou en téléchargement, non ce n'est pas gratuit !




Partager cet article
Repost0
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 14:39
http://58.img.v4.skyrock.net/58c/acoustic-hiphop/pics/733681570_small.jpg

La Scred Connexion est un groupe de rap français qui a percé dans les années quatre vingt dix.
Originaires de Barbès ses membres revendiquent un hip hop conscient, plein d' énergie positive, même s'ils posent un regard assez désabusé sur la société qu'ils côtoient quotidiennement.

Les Mc du début sont Fabe, Morad, Haroun, Koma et Mokless soutenus de temps à autre par Butch. La Scred est en fait plus un collectif où se retrouvent de temps en temps ces rappeurs aux carrières solo bien chargées plutôt qu'un véritable groupe à part entière.

La Scred Connexion fait encore régulièrement l'état des lieux d'une société française malade de ses relents racistes et individualistes alors que le bonheur semble être à portée de doigts, des textes écrits avec talent poussent donc à la réflexion et évitent les poncifs d'un genre que l'argent tente (malheureusement avec réussite) de pourrir depuis quelques années déjà.

Toujours actifs ses membres sillonnent encore les routes et les studios pour proposer leur rap clairvoyant même si Fabe, qui fut l'un des artistes les plus influents du crew, s'en est allé vers d'autres contrées.

Vous voulez en savoir plus ? Lien vers le Myspace officiel de la Scred Connexion !


La Scred en vidéo :






Partager cet article
Repost0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 09:20
numerisation0001.jpg

Sortie : 19/01/2010
Label :
Bax Records
Distrib. : Naïve

Si le label Anticon a réussi a devenir le fer de lance d'un hip hop décalé de l'autre côté de l'Atlantique, avec des artistes barrés comme Sole ou Alias, la scène française sait elle aussi faire parler d'elle depuis quelques années grâce aux Wax Tailor, Dr Flake, ou encore les Ghostown.

Un autre groupe avait réussi à attirer l'attention des addicts de musique abstract il n'y a pas si longtemps avec l'album "Nouvelle Chair". Un hip hop savoureux, plein d'influences cinématographiques et aux orientations multiples voilà ce que proposait Lilea Narrative, et il faut bien avouer que leur prochain opus était attendu au tournant !

Premier constat à l'écoute de cet "Echantillodrome" : pas de soucis, Lilea Narrative a su faire fructifier les deux années qui séparent leurs deux dernières réalisations pour peaufiner un style très attractif, fait de scratches percutants, de beats planants et parfois plus enjoués, des flows imparables et une bonne dose de mélancolie clairement perceptible à travers de nombreuses pistes, tel ce "Chambre 216" à ranger dans la catégorie des titres incontournables pour l'année 2010 !

On retrouve au mic le Mc des Iswhat ?!, un Maddox très virevoltant qui tire toujours les morceaux vers le haut du panier mais aussi une nana originaire de Houston dont les prestations pourront faire penser parfois à ce qu'il y a de meilleur chez notre ami  Dj Vadim.

Lilea Narrative se pose clairement en pilier de l'électro-hip-hop haut de gamme, les atmosphères se succèdent avec délice et plongent nos petits tympans dans une espèce de douce euphorie grâce à des inspirations downtempo ("Fother Mucker"), du bon vrai hip hop qui claque sec ("Mythomaniaque") et puis des morceaux tout simplement géniaux qui feront date ("Max Renn").

Le début de l'année commence donc très fort avec cet "Echantillodrome" du meilleur cru. Dire que le groupe va partir en tournée peu après la sortie de cette galette trop puissante ! Vivement la rencontre sur scène ! En attendant procurez vous ce petit film sans images dès sa sortie, courant janvier...

Tracklisting :
1/ automne
2/ Chambre 216
3/ Hill House feat Perseph One
4/ 77 RIVIERES
5/ FOTHER MUCKER
6/ Transport feat Napoleon Maddox
7/ Mythomaniaque
8/ Le Chant des Silhouettes
9/ Be Kind feat Napoleon Maddox
10/ L'ECOLE DU PANDA
11/ Max Renn
12/ Same Change feat Perseph One


Le morceau "Transport" :


Teaser de l'album :




Partager cet article
Repost0
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 13:46
tarrus riley




Date : 26/01/2010
Style : Reggae, new roots, dancehall
Salle : Bikini, Ramonville
Tarif annoncé : n.c

Ah ! Dès le mois de janvier c'est la super salle du Bikini qui va permettre à tous les rastas en herbe du sud de la France de venir réchauffer leurs dreadlocks sur du bon son reggae.
Le grand Tarrus Riley débarque en France pour deux dates, une à Paris, une autre proche de Toulouse donc.

Fort d'un succès mérité pour son dernier album ("Contagious", 31/08/2009, Vp Records) Tarrus va débarquer dans la ville rose pour un show qui sera à n'en pas douter mémorable !

On sait aussi que le saxophoniste Dean Fraser accompagne Tarrus tout au long de sa tournée et qu'il pourrait bien monter sur scène afin de déposer quelques notes bien planantes !

La première partie sera quant à elle assurée par  I-Octane et Duane Stephenson.

Check it out !!!!

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 10:32
http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/0/4/0/3700426910040.jpg

Sortie : 12/10/2009
Label :  Almost Music

Iswhat ?! est un collectif hip hop originaire de Cincinnati, USA. Le groupe s'appuie sur un socle musical très jazz, porté depuis pas mal de temps sur l'expérimentation, où l'on retrouve aux côtés du duo d'origine Maddox/Walker tout un pannel de zicos talentueux habitués à entourer la nouvelle scène afro'soul'funk'rap made in america.

Puisant aux racines du hip hop Iswhat ?! mélange les genres avec classe. Il suffit de se laisser porter par le beatbox de "Dig", première piste très accrocheuse, pour ressentir une envie irrépressible d'écouter avec attention ce nouvel album.
Un jazz légèrement free, des flows faussement tranquilles, quelques beats secs : la recette prend donc, et c'est avec délice qu'on laisse notre appétit musical s'ouvrir par tant de fraîcheur.

On pensera en vrac à Common, aux Roots, à Asheru & Blue Black, mais également à Steve Coleman & Five Elements en se laissant porter par le menu aux petits oignons concocté par Iswhat ?!. La contrebasse, le sax, les scratches se mélangent avec harmonie pour un aboutir à  un feeling résolument digeste qui rappelle à tous les détracteurs du rap que ce courant musical regorge de talents capables d'intellectualiser leur musique tout en la rendant compréhensible pour tous.

Reste une sensation de délectation après avoir sillonné les quatorze pistes qui construisent ce "Big Appetite". Impossible de ne pas recommander cet album en cette fin d'année. A eux seuls les Iswhat ?! réhabilitent complètement une musique attaquée de toute part pour ses penchants vulgaires et commerciaux, ils sauront séduire tant les amateurs de rap us bien old school comme les férus de musique jazz un tantinet cérébrale.

Jetez vous dessus !

Tracklist :

1 Dig
2 Cats
3 Homestead
4 Fanta (with Sofia Rubina)
5 Appetizer
6 Breeze (with Boogie Bang & Piakhan)
7 Hungry (with Fernanda Wilmes)
8 Cincitite
9 Cleaner
10 Cake (feat Boogie Bang)
11 Cafetaria (with Ill Poetic)
12 LUXURY
13 Cramps
14 Trouble (with Nyeemah the Soulsayer)

Liens :

Myspace de Iswhat ?!

Commander cet album en ligne sur le site de la Fnac

Vidéos :









Partager cet article
Repost0
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 16:15
2518255762_8636c30b73.jpg



Philippe Fragione, ou Abd el-Hakim depuis sa conversion à l'Islam, est né le 17 septembre 1968 à Marseille.
Sa famille est originaire de Naples. Enfant il se passionne pour l'histoire Egyptienne et son nom de scène en sera directement inspiré, puisqu'il choisira le pseudonyme d'Akhenaton.

C'est lors d'un voyage à New York où il part rencontrer la famille de son père qu'il entre en contact avec le monde du rap, une rencontre qui influencera son chemin pour toujours.
Âgé de 17 ans il se décide à faire carrière dans la musique, abandonnant du même coup ses études post baccalauréat.

Akhenaton se fait d'abord connaître au sein de la formation IAM, crew marseillais qui marquera le rap français pour un long moment. Son sens de l'écriture, ses influences diverses qui puisent dans le cinéma, l'histoire et les tracas quotidiens marquent les esprits.

La carrière solo d'Akhenaton débute en 1995 avec le terrible album "Métèque et Mat". Marseille, l'Islam et l'Italie sont des thématiques récurrentes dans cette production majeure que bon nombre d'amateurs de hip hop écoutent encore avec plaisir aujourd'hui. Les pérégrinations du Mc marseillais sur le grand échiquier de la vie apparaissent tout simplement incontournables !

Les albums qui suivent seront de plus en plus noirs et révoltés, avec en porte étendard le "Black Album" sorti en 2002 où Akhenaton dénonce le trafic d'êtres humains, le racisme ambiant, et plonge parfois dans les méandres de l'âme humaine.

Parallèlement à ces aventures musicales Akh' se met aussi à la production d'autres artistes, il se penche également sur le cinéma où il sera acteur à quelques reprises, et il anime également une émission culinaire !

Pour être plus complet on pourra évoquer son autre personnage qu'il incarne parfois : le Sentenza très western qui vient poser de temps à autre sur des compiles balancée depuis Massilia.

Vous voulez en savoir plus ? Lien vers le Myspace d'Akhenaton.

Le clip de "La fin de leur monde" :


Akhenaton & Busta Flex, un combo qui envoie :



 
Partager cet article
Repost0
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 15:46
http://www.myvisiontv.com.au/2009/images/sublime.jpg

Découvrez la playlist Sublime avec Sublime


Avis aux amateurs de reggae, de tatouages, de punk, de soleil, de skate, de surf, de dalmatiens : Sublime est fait pour vous !

Sublime est un groupe originaire de Long Beach en Californie. Fondé en 1988 par Bradley Nowell (chant, guitare) Sublime a été l'un des groupes les plus importants de la scène californienne des années 90.

Peu attiré par les études classiques, où des spécialistes voient en lui une sorte de malade incapable de s'intéresser au travail, il découvre le reggae au cours d'un voyage où il accompagne son père. Un paternel musicien dans l'âme qui avait fait découvrir le folk à son rejeton dès son plus jeune âge.

Juste avant d'arrêter définitivement ses études Bradley rencontre deux étudiants à l'université de Santa Cruz. Il décide de former le groupe Sublime en 1988 donc, avec Bud Gaugh (batterie) et Eric Wilson (basse).
Le groupe se produit d'abord sur des petites scènes locales où ses inspirations puisées dans le reggae, le punk et le hip hop lui assurent un succès quasi immédiat.

Les trois musiciens se battent pour produire un premier album. "40 oz to Freedom" s'écoule à près de 60.000 unités alors qu'aucun label ou publicité n'entoure sa distribution. Finalement c'est MCA records qui repère le groupe et se décide à sortir l'album à une échelle bien plus importante.

Gros soucis pour Sublime : Bradley a de gros problèmes avec la came... Si son goût immodéré pour la marijuana ne fait pas de vague, c'est sa dépendance à l'héroïne qui ébranle véritablement le groupe... Et c'est normal puisque Bradley ne s'en sortira jamais malgré quelques tentatives de cure de désintoxication.

C'est peut être la marque ce certains génies musicaux qui trouvent l'inspiration dans les addictions les plus fortes, quitte à se détruire mais en ayant vécu des expériences que l'on pourrait qualifier d'ultimes...Un mal de vivre qui emporte tout sur son passage...

En 1996, en pleine tournée, Bradley est retrouvé mort d'une overdose d'héroïne dans sa chambre d'hôtel.

Triste fin pour un homme ravagé et tellement talentueux, dont la musique si joyeuse, si pleine d'humour (mais aussi de revendications parfois) a su séduire partout sur le globe des aficionados de musique roots, des surfers, des skaters et des punks !

Le clip de Bad Fish :


Vous aimez Sublime , Vous aimerez aussi The Aggrolites, les Dub Pistols, ou encore les Bad Brains !!!




Partager cet article
Repost0
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 09:42



http://www.yardrecords.com/images/artists/luciano.jpg



Découvrez la playlist Luciano avec Beenie Man (feat. Luciano)


Luciano est né le 20 octobre 1974 dans une famille nombreuse et très pratiquante. Comme de nombreux enfants de son âge il commence à chanter à l'église du quartier au sein de la chorale. L'histoire veut qu'il ait perdu son père assez jeune, et qu'après avoir avancé un peu musicalement en restant dans son quartier il se décida à partir tenter sa chance à Kingston, et ce au tout début des années 90. C'est avec Freddie McGregor, sur le label Big Ship, qu'il fourbit ses premières armes dans le monde pro' de la musique.

Mais c'est un homme bien particulier, séduit par le côté mystique de Luciano ainsi que par sa faculté à toucher à d'autres registres que le reggae, qui va le produire et lui amener le succès : Philipp "Fatis" Burell le fera jouer en studio notamment aux côtés de Sly & Robbie ou encore Dean Fraser.

S'éloignant de Freddie McGregor Luciano peaufine un style roots très chanté et résolument moderne. En 1994 il sort un album excellent intitulé "One Way Ticket".

Commencent alors des tournées à travers la planète, où l'on apercevra un certain Sizzla en première partie du bonhomme. Un duo qui fait beaucoup couler d'encre tant les prestations des deux chanteurs rénovent une musique reggae qui commençait légèrement à s'essouffler.

Et c'est ainsi que Luciano est petit à petit devenu une référence de la scène roots. Ses performances avec Capleton et d'autres rastas tout aussi reconnus l'ont élevé au rang d'un des meilleurs ambassadeurs du reggae, il peut se permettre de défendre ses albums avec des tournées mondiales où les foules se pressent pour profiter des good vibes.

Qui n'a jamais fredonné le tube "The Messenger" sans même savoir qu'il le devait d'ailleurs à ce cher Luciano ?

Vous voulez en savoir plus ? Lien vers le Myspace de Luciano !

Luciano dans toute sa splendeur :


Et le clip de "Give Praise", un must :



Vous respectez Luciano, vous aimez sa musique ? Go check Cedric 'Congo' Myton, Zap Pow, et Omar Perry !!!
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 23:14
http://blog.tilos.hu/malestripshow/nina-simone.jpg

Et la reprise de Muse :



"Birds flying high you know how I feel
Sun in the sky you know how I feel
Breeze driftin' on by you know how I feel

(refrain:)x2
It's a new dawn
It's a new day
It's a new life
For me
And I'm feeling good

Fish in the sea you know how I feel
River running free you know how I feel
Blossom on the tree you know how I feel

(refrain)

Dragonfly out in the sun you know what I mean, don't you know
Butterflies all havin' fun you know what I mean
Sleep in peace when day is done
That's what I mean

And this old world is a new world
And a bold world
For me

Stars when you shine you know how I feel
Scent of the pine you know how I feel
Oh freedom is mine
And I know how I feel

(refrain) "

Titre extrait de l'album "I put a spell on you", 1965, Philips Records.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 19:52
http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/3/2/0/3700426911023.jpg
Sortie : 09/11/2009
Label : Jarring Effects

Mc Sud-africain, Ben Sharpa propose un hip hop électronique inspiré. Il puise dans les tendances modernes issues de la scène UK ( Dizzee Rascal, Wiley) avec le grime et la dubstep. Des sons glaciaux donc, hypnotiques et langoureux, sur lesquels Ben Sharpa pose son flow excellent, qui fera surtout penser les puristes à un autre Mc trop peu connu et pourtant hyper talentueux : Dr. Octagon !!!

Pas étonnant de retrouver Ben Sharpa chez les lyonnais de Jarring puisque ce label cherche toujours à explorer les nouvelles fusions sonores, entre électro, rock, dub et hip hop. On avait d'ailleurs pu entendre Ben sur une des compilations innatendues made in Jarring l'an dernier.

Pour un premier Lp Ben Sharpa nous gratifie donc d'une production irréprochable, plus proche d'une paranoïa assumée que d'un dancefloor bouillonnant. Naturellement des scratches bien noirs viennent accompagner régulièrement notre nouveau Mc sur quelques tracks bien senties.

Vous voulez en savoir plus ? Myspace Officiel de Ben Sharpa !

Le clip de "Hegemony" :



Un feat. de Ben sur le morceau "The Government" :



Si vous aimez Ben Sharpa vous aimerez également WU-TANG Meets The Indie Culture Vol.2 : Enter The Dubstep, Juice Aleem, ou encore Qwel !!!
Partager cet article
Repost0