Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 22:28




"I remember we used to sit out back and drink until the morning light
Always bummin' smokes and talking trash about the pleasure we had
Summers come and gone
And the winter needs a song
And I guess I keep movin' along in a rhyme that I have in my head
Rhyme that I have in my head

Oh we used to drop some pills and sing til we lose our voice
Chasing our dreams, we tried to put em' in a bag and save em' for another day yeah
Oh I feel,these memories are real
Times you can't steal
For the love that I have for my friends
Love that I have for my friends

I just can pretend I need you
You aint' no other love I never had
Soon you will find my log
Its a beat that will never stop
Its the loneliest time apart

Love that I have for my friends
Love that I have for my friends
Love that I have for my friends
Love that I have for my friends"

Titre extrait de l'album "For My Friends", sorti le 22 avril 2008.

Et la vidéo énormissime de la version acoustique :

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 11:39

















"Row fisherman row
keep on rowing your bouat
lots of hungry belly pickney they a shore, millions of
them

living in a bumbo hut
in a little hole sea-port town
three kids on the floor
and another one to come make four

day by day i man step it
along the sea shore
hail brother John, have you got any wenchman
yes brother Peter, wenchman, sprat and mackaba

row fisherman row keep on rowing your boat
brotherman brotherman
row fisherman row
we've got to reach on higher grounds

Simon, Peter, James and John come a shore
to feed the hungry belly ones
so, row fisherman row
keep on rowing your boat
lots of hungry belly pickney they a-shore, millions of
them

Quaju Peg the collie-man
sell the best collie in sea port town
Quaju Peg the collie man
ha the best collie weed in town

row fisherman row
keep on rowing your boat
we've got to reach on higher grounds
rain is falling
we've got to reach on higher grounds"


Titre extrait de l'album "Heart of The Congos", paru en 1977.



Un live des Congos :



"Fisherman" inna di Yard :












Partager cet article
Repost0
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 08:21


Découvrez la playlist Folk You avec The Pogues Featuring The Dubliners


Yeah baby !

Les fêtes de fin d'année sont propices aux cadeaux, il n'en fallait pas plus pour que votre humble serviteur se dépêche de vous fournir une liste non exhaustive d'albums découverts cette année et qui pourraient faire plaisir à vos amis, proches, animaux, ennemis, rivaux, ex, supérieurs hiérarchiques...

Allez en avant pour une petite sélection, et vous pouvez le faire en musique en écoutant ma playlist "Folk You" :

 1/ Doctor Flake, "Minder Surprises" : Pour les amoureux de musique hip hop modelée à la sauce électro. Ce troisième album solo du chirursisien français confirme la capacité de cet artiste à créer des univers oniriques de toute beauté comme des tracks bourrées d'énergie brute. Souvent comparé à Wax Tailor le Doctor Flake reste lui du côté underground de la musique en évitant les compositions faciles et trop grand public que l'on peut trouver chez son comparse de la musique abstract. Cependant écouter l'un et l'autre n'apparaît pas incompatible : au contraire la scène française regorge de talents et on ne va pas s'en plaindre !


2/ Leopold Skin, " Leopold Skin & The Blue House Dandelions" : A la croisée des sentiers musicaux explorés par Bob Dylan ou Devendra Banhart, Leopold Skin (un jeune clermontois) revient du Canada où il a puisé dans la musique folk afin de fournir un premier album remarquable. De très jolis textes habillés par des compositions subtiles, des atmosphères très "coin du feu" où les corps et les esprits se détendent, voilà ce que propose Leopold Skin avec une maturité que l'on attendait pas forcément.



3/ The xx, "XX" : Un groupe anglais qui débarque en force pour cette fin d'année 2009 ! Leur musique planante pourra rappeler à certains les compositions cotonneuses des Jesus & Mary Chain ou les envolées pop des Papas Fritas. Mais The xx c'est surtout une osmose réussie entre une électro douce et minimaliste, des chants en duo remplis de complicité, et des montées entêtantes aux guitares et à la basse avec une énergie palpable mais jamais débordante. On peut parler de révélation, et il ne serait pas étonnant de voir ces quatre londoniens se forger rapidement une solide réputation !


4/ Omar Perry, "Can't Stop Us" : Le fils de Lee Scratch Perry nous revient avec un second album solo digne des plus grands. Il distille ses lyrics conscients sur des instrumentaux de malade dans des styles variés comme le dancehall, le roots, le nyahbinghi, ou le new roots. On relève quelques hommages au paternel très réussis, des featuring peu nombreux mais hyper efficaces, une réalisation sans faille qui rappelle les derniers albums des fils Marley. Avec des albums comme celui-ci on se dit que le reggae a encore de belles années devant lui !



5/ Ghostown, "Reflexionz" : Fruit de la rencontre entre deux compositeurs français, originaires de Grenoble et de Montpellier, et d'un Mc écossais, Ghostown est un groupe qui crée des atmosphères urbaines sombres et jubilatoires qui oscillent entre hip hop et musiques électroniques. Du très bon pour un premier album qui saura séduire tous ceux qui aiment les groupes comme Lilea Narrative ou Doctor Flake. Une chose est sûre : ces "Reflexionz" urbaines ne laisseront personne insensible !



6/ Linval Thompson, "Ghetto Living" : Monsieur Linval Thompson revient sur le devant de la scène après quelques années d'absence, à l'exception d'une démonstration magistrale dans les sessions acoustiques Inna Di Yard. Entouré de musiciens marseillais il pose sa voix mythique sur des riddims excellents, où les envolées dub sont légion. Incroyable comme la voix de ce grand chanteur n'a pas pris une ride. Linval reste toujours un grand chanteur de reggae dont on ne peut que saluer le retour sur le devant de la scène. Quant on sait qu'en plus le bling bling lui fait horreur et que son thème favori est le respect envers son prochain on ne peut qu'adhérer !


7/ Buraka Som Sistema, "Black Diamond" : La scène portugaise se dévoile enfin à travers un groupe qui fusionne les influences et les énergies. Puisant dans la techno, la dubstep, le ragga et le hip hop les Buraka mettent tout le monde d'accord cette année. pour faire sauter les popotins de la planète entière rien ne vaut une démonstration de ce sound system pas comme les autres, et l'on ne peut pas s'étonner de voir M.I.A ou Diplo les côtoyer tant ils sont devenus des références internationales en l'espace de quelques mois !



8/ Devendra Banhart, "What Will We Be" : Le néo hippie le plus célèbre de notre génération revient avec un album moins marqué par le folk qu'à l'habitude. Peut être que ses pérégrinations étranges dans son nouveau groupe Megapuss ont su lui ouvrir de nouvelles pistes de réflexion. Toujours est-il qu'avec ce "What Will We Be" Banhart balance des riffs incisifs, du rock psyché du meilleur tonneau et des compos' plus habituelles, avec le même talent que depuis son incontournable "Cripple Crow" en 2005. Certains pointent du doigt un léger manque de cohérence dans ce nouvel album, mais franchement il suffit de se laisser porter par le son pour voyager langoureusement...


9/ El Michels Affair, "Enter The 37th Chamber" : Attention à la claque ! Les amoureux du Wu Tang ne peuvent pas passer à côté de ce joyau ! Et les autres doivent également découvrir ces morceaux inspirés directement par les thèmes du Wu. C'est un bonheur total que d'enfoncer cette 37ème porte afin de plonger dans un univers funky et hip hop que l'on attendait depuis longtemps. D'ailleurs même les membres du Wu ne s'y sont pas trompés puisqu'ils collaborent maintenant sur scène avec ces musiciens pour des concerts d'anthologie, bien plus chaleureux qu'auparavant mais toujours hip hop jusqu'au bout des ongles !


10/ Td+, "Peplum" : Avis aux amateurs de dub électronique à la High Tone ou à la Kanka. Un nouveau groupe lyonnais débarque en puissance avec un "Peplum" plein de vie ! Les montées acides se succèdent avec délice, parfois avec une teinte de rock, parfois avec un soupçon de jungle ou de tech', souvent avec des sons cosmiques qui emmènent nos cerveaux hallucinés dans d'autres contrées. Que du bon dans cette première production, même s'il faudra par la suite affirmer une identité encore plus marqué pour éviter les références habituelles aux Zenzile, High Tone et autres pionniers du dub électro français. Cependant foncez : c'est une bonne surprise !


Bonne fin d'année (en musique s'il vous plait !) à toutes et à tous !!!!


Partager cet article
Repost0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 19:31


Voici une Playlist maison qui devrait permettre de s'évader un peu !


Vous pourrez y trouver des références comme Dj Krush ou Dj Shadow, mais aussi des artistes moins connus et qui méritent de voir leurs productions tourner un peu plus dans les salons des amateurs de hip hop aux teintes électroniques.
J'ai choisi d'y mettre deux titres de Doctor Flake, d'autres de Dr. Octagon, Wiley, ou encore Qwel parce que leurs albums sont souvent inconnus du public français et qu'ils créent des tracks efficaces et prenantes.
Et puis comment ne pas succomber aux envolées énergiques des Gourmets ou aux ambiances posées d'un Dj Vadim au sommet de sa forme ?!

Enjoy !!!

 Et commentez !!!







Découvrez la playlist Electro hip hop
avec Qwel, Maker


Partager cet article
Repost0
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 11:18



On l'attendait depuis quelques temps cette soirée dub près de Toulouse ! Le reggae était un peu en berne dans la région et ce ne sont pas les affiches annoncées au Phare, à Tournefeuille, qui attiraient notre attention tant la sono de cette salle est vraiment déplorable !
Cependant une Dub Station au Bikini, avec son acoustique incroyable et sa capacité à attirer les foules, dont les guests Kanka et monsieur King Shiloh sont des références de dub qu'il soit électro ou roots : ça faisait saliver d'avance !

Arriver au Bikini et trouver le parking rempli, des gens partout en train de balancer du son en attendant que la soirée ne débute vraiment c'est déjà un plaisir. Du monde, ahhhhh ça oui il y en avait hier soir inna di Dub Station !
Une fois rentré, après avoir croisé quelques visages familiers, on rentre dans la salle où un mur, que dis-je une montagne, d'enceintes nous attendent ! King Shiloh, qui clôturera la soirée, a amené son matos et ça ne rigole pas du tout ! Serious times en perspective !

En guise de première partie le ton est donné par "WebCam Hi Fi", un sound system qui s'inscrit dans la grande tradition des recettes qui fonctionnent : un selectah efficace, un toaster rub a dub à l'ancienne et un sax bourré d'effets.
Les riddims s'enchainent avec plaisir, la tension monte doucement, on a même droit à quelques envolées vraiment plus que sympathiques qui rappelent, entre autre, les sons de Junior Cony lorsqu'il se produit avec Mister Irie !
Mission accomplie pour "Web Cam Hi Fi" puisque le public est bouillant lorsque se présente Kanka : on sent les basses vibrer jusqu'à Kingston ou quoi ?!

Kanka débarque donc avec sa panoplie de sons variés : dub électro pour commencer ! Inspiration puisée dans la tech et la jungle pour le plus grand plaisir d'une fosse joyeuse et enfumée, dont certains membres restent perchés devant les enceintes pour vibrer au son de ces basses énormes. Jolies filles, bonne ambiance, sourires, jumps de partout, tout se déroule pour le mieux sur la sélection de Kanka ! Et petit à petit on nous emmène vers un son plus roots, avec des flows ragga qui viennent s'écraser sur des instrumentaux dub super classes. Morceaux alléchants, ambiance de feu, show visuel planant : tout va pour le mieux et on sent même que la température commence à grimper sévère au fur et à mesure que les tracks défilent ! Saluons la prestation hyper efficace de Kanka qui sait fédérer autour de lui les rastas, les teufeurs, mais aussi un public beaucoup plus large attiré par les basses surpuissantes qu'il nous balance à la face !

Et tout d'un coup un énorme "Jah Rastafari" se répercute dans le mur d'enceintes, la vibe devient tout de suite beaucoup plus roots, le grand King Shiloh est arrivé sans faire de bruit et s'apprête à enchaîner les murderer tunes jusqu'à très tard dans la nuit. Une prestation danstesque avec une sélection de riddims toujours plus efficaces et dansants, où le flow de son toaster vient écraser la foule avec son énergie et son timbre rauque qui en ferait trembler plus d'un. Les murs tremblent justement, la salle s'enfume, la fosse ondule comme jamais, les corps et les esprits se laissent emporter au loin par l'efficacité du set interminable de King Shiloh. Quel bonheur de retrouver le Bikini surtout avec une prestation aussi big que celle de ce soir !

Un peu plus de six heures de son pour une Dub Station maitrisée, voilà qui met du baume au coeur en ce début d'hiver. Hier c'était un peu la Jamaïque à Toulouse, et franchement qui viendrait s'en plaindre à part ceux qui rêvent d'un débat sur l'identité nationale ?! 

Yahhhhhhh Man !

Un petit aperçu du King Shiloh Sound System :



Et maintenant place aux WebCam Hi Fi :
















Partager cet article
Repost0
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 08:13


Sortie : 09/2009
Label : XL Recordings/ Young Turks
Myspace : The xx sur Myspace Music !


Quatre minots au look de punks qui balancent un son digne de Jesus & Mary Chain passé à la sauce trip hop : il n'y avait que Londres pour nous proposer encore un groupe de rock aussi talentueux !!!!

"The xx" c'est la rencontre de Romy Madley (guitare, chant) et Oliver Sim (basse, chant) au primaire, auxquels se sont greffés Jamie Smith (machines, programmation) et Baria Qureshi (claviers, guitare) pendant que ces messieurs s'amusaient au lycée. Fondé en 2005 le groupe se produit dans tout plein de petites salles londoniennes où leur musique faite de nappes électroniques envoûtantes, de guitares aux montées légèrement saturées et de chant sensuel et vibrant , est un carton plein.

Il n'en fallait pas plus pour créer un mini buzz autour de la sortie d'un album. Et avec "XX" on peut dire que le pari est réussi : les fans ou autres auditeurs sont pris dans la douce tornade produite par ce quatuor rock, impossible de ne pas se laisser aller à l'écoute des onze pistes qui jalonnent cette production.
On pense en vrac à Jesus & Mary Chain, aux Raveonettes (en moins saturé) et aussi à tous ces groupes issus de la scène anglaise qui sont capables de nous balancer à la figure une mélancolie si cotonneuse qu'elle nous emmène sans ménagement vers les hautes sphères. Les voix s'entremêlent de manière sulfureuse, les guitares balancent des riffs super basiques mais super efficaces et entêtants, la basse et les machines soutiennent le tout en virevoltant avec grâce.
Il suffit d'écouter le single "Crystalised" (dont le clip se situe tout en bas de cette page) pour être séduit et en demander encore plus. On pourrait même penser en écoutant "The xx" à une version électro et plus moderne du groupe pop entré dans la légende : les "Papas Fritas". Les compositions ont une faculté à rester en tête une fois l'album écouté, difficile de ne pas relancer la lecture alors que l'on arrive à la fin de ce voyage tellement agréable.

Mélange subtil de sensualité, d'énergie brute, de teintes électro planantes, "XX" est un album tout simplement magique qui provoque une sorte d'euphorie fatale. C'est le coeur serré qu'on reste planté là en écoutant les pistes défiler, en se disant que quand même le talent brut c'est quelque chose dont on aura bien du mal à se passer.


Le clip de "Crystalised" :



Le clip de "Basic Space" :


Partager cet article
Repost0
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 08:45



"I want to get high - so high!
I want to get high - so high!
I want to get high - so high!
I want to get high - so high!

Well that's the funk elastic, the blunt I twist it
The slamafied, (buddafied) funk on your discus
Oh, what you messed with, you got to bare witness
Catch a ho and another ho Merry Christmas
Yes I smoke shit, straight off the roach clip
I roach it roll the blunt at once to approach it
Forward motion make you sway like the ocean
The herb is more than just a powerful potion
What's the commotion, yo I'm not joking around
People learning about, what they're smoking
My oven is on high, when I roast the quail
Tell Bill Clinton to go and inhale
Exhale, now you felt the funk of the power
now feel the effects...

I want to get high - so high!
I want to get high - so high!
I want to get high - so high!
I want to get high - so high!
yo hits from the bong
yo hits from the bong
yo hits from the bong
yo hits from the from the bong from the bong
yo hits from the bong
yo hits from the from the bong from the bong
yo hits from the from the bong from the bong"

ou en Espagnol :

" Chorus: repeat 4X]

Yo quiero fumar... mota

[B-Real]
Mucha gente me decia, que yo no podia
Fumar marijuana por la policia
Me vale madre el humo que hay por todo el aire
Si tu quieres que me toque pues caele
Soy el grifo mas escandaloso
De Los Angeles Cypress peligroso
Enciende el leño o la pipa
Pasalo por mi clica la que rifa
Mota rica, chipa chipa
Quemando yesca, estoy arriba
Es algo que yo hago diario
Al despertar y tambien todo el dia en mi barrio
Cuando me encuentres en cualquier lugar
Saca papeles porque quiero fumar mota...

[Chorus: repeat 3X]

Yo quiero fumar... mota..."


Titres extraits de "Black Sunday", 1993, Columbia et de "Los Grandes Exitos En Espanol", 1999, Ruffhouse Records.
Partager cet article
Repost0
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 10:08





"Holly came from Miami, F.L.A.
Hitch-hiked her way across the USA
Plucked her eyebrows on the way
Shaved her legs and then he was a she
She says, Hey babe
Take a walk on the wild side
Hey honey
Take a walk on the wild side

Candy came from out on the Island
In the backroom she was everybody's darlin'
But she never lost her head
Even when she was giving head
She says, Hey babe
Take a walk on the wild side
I Said, Hey baby
Take a walk on the wild side
And the coloured girls go
Doo do doo do doo do do doo..

Little Joe never once gave it away
Everybody had to pay and pay
A hustle here and a hustle there
New York City's the place where they say,
Hey babe, take a walk on the wild side
I said, Hey Joe
Take a walk on the wild side

Sugar Plum Fairy came and hit the streets
Lookin' for soul food and a place to eat
Went to the Apollo
You should've seen em go go go
They said, Hey shuga Take a walk on the wild side
I Said, Hey babe
Take a walk on the wild side
All right, huh

Jackie is just speeding away
Thought she was James Dean for a day
Then I guess she had to crash
Valium would have helped that bash
Said, Hey babe,
Take a walk on the wild side
I said, Hey honey,
Take a walk on the wild side
And the coloured girls say,
Doo do doo do doo do do doo"

Titre extrait de l'album "Transformer", Lou Reed, 1972, RCA Records.
Partager cet article
Repost0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 11:06




"Ah! Ya too rude
Oh what a rat race
Oh what a rat race
This is the rat race

Some a lawful, some a bastard, some a jacket
Oh what a rat race, rat race

Some a gorgan, some a hooligan, some a guine-gog
In this rat race, yeah!
Rat race
I'm singing
When the cats away
The mice will play
Political voilence fill ya city
Yea-ah!
Don't involve Rasta in your say say
Rasta don't work for no C.I.A.
Rat race, rat race, rat race
When you think is peace and safety
A sudden destruction
Collective security for surety
Yeah!

Don't forget your history
Know your destiny
In the abundance of water
The fool is thirsty
Rat race, rat race, rat race

Oh it's a disgrace to see the
Human-race in a rat race, rat race
You got the horse race
You got the dog race
You got the human-race
But this is a rat race, rat race"

Extrait de l'album "Rastaman Vibration", sorti en 1976 sur le label Tuff Gong.
Partager cet article
Repost0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 01:08


Un bout de concert de United Fools à Tournefeuille...
Partager cet article
Repost0