Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 09:55


La technologie ne nous sauvera pas. Ce n’est pas le slogan du nouveau parti des Verts pour les Européennes mais bien le titre du quatrième album du groupe londonien Sophia. Sous l’influence du leader charismatique qu’est Robin Proper-Sheppard, ce groupe pond une noisy pop-rock bien noire, qui nous colle à la peau et qui reste en tête grâce à des mélodies du genre inoubliables.

 

Avec Sophia vous allez manger du rock anglais. Mais attention il ne s’agit pas de soupe musicale anglo-saxonne pour ados à mèche et jeans slim. Non, ici vous avez droit à l’essence de ce qui fait le bon son de l’autre côté de la manche : des textes brumeux et noirs, des compositions parfois sucrées et douces, mais parfois nerveuses et tourbillonnantes, une voix angélique qui se morfond, des cordes, des flûtes, du cor, de la trompette…tout un amalgame de sonorités variées qui s’entremêlent avec talent pour produire de la belle et bonne musique ! 

Je comparerais un petit peu la démarche de Sophia à celle de Mark Gardener (ex chanteur de RIDE) qui passa du shoegaze à une pop-rock beaucoup plus sage en solo. Après les turbulences (le groupe The God Machine pour Robin Proper-Sheppard) arrive le temps de l’analyse, de l’introspection, bref de la maturité.

Tout commence avec le titre éponyme, et sa douce montée de fièvre saturée qui nous prend doucement aux tripes.  La seconde piste, Pace, on tombe sur un single puissant et presque joyeux. Le rythme est matraqué et les chœurs suivent de manière doucereuse : un bons gros tube. S’ensuit une chanson beaucoup plus mélancolique aux arrangements frôlant la perfection, au refrain si entêtant, « where are you now ? ».

La musique de Sophia lorgne plus du côté sombre de la Force. Il n’y a rien de lugubre, on a juste le cœur assailli d’émotions confuses, on se sent lourd, triste, et heureux en même temps. Parfois c’est dans le dépouillement que l’on arrive à ces sensations. Big City Rot en est un très bon exemple, la guitare et le chant suffisent amplement à nous submerger.

D’autres titres sont touchés par la grâce, Birds notamment, et l’on arrive à la conclusion de l’album avec la satisfaction d’avoir parcouru une œuvre complète, sincère, brillante, émouvante.

Les hommes et femmes meurtris ne seront certes pas sauvés par la technologie, mais la musique de Sophia pourra accompagner leur quotidien en leur délivrant chaque jour un peu de bonheur.

Tracklisting :

1. Technology Won't Save Us

2. Pace

3. Where Are You Now

4. Big City Rot

5. Twilight At The Hotel Moscow

6. Birds

7. Lost (She Believed In Angels...)

8. Weightless

9. P.1/P.2 (Cherry Trees And Debt Collectors)

10. Theme For The May Queen No. 3

 

  Vous voulez en savoir plus ? Lien vers le Myspace de Sophia où vous pourrez découvrir leur tout nouvel album !

 

Un morceau du tout nouvel album de Sophia :

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 13:18



Kenji Jammer - Quiet Rock

Sorti le 08-10-2008





Kenji Suzuki (aka Kenki Jammer) est un guitariste d’origine japonaise installé depuis quelques années à Londres, la ville du brouillard et de la gelée verte…où il a joué avec Simply Red !
Avec ‘Quiet Rock’ cet artiste propose un album instrumental inspiré par de nombreux genres musicaux : le blues, le reggae, le rock, le dub…
A quel voyage est-on convié à l’écoute de cette production ?
Vous le saurez en lisant les lignes qui suivent…

Direction les îles pour un premier morceau intitulé ‘Hawaiian morning’ à l’atmosphère pausée. Tel un marin fatigué, confortablement installé dans un hamac, un verre de rhum citron vert à la main reniflant avec délice l’odeur épicée de la maui skunky qui flotte dans l’air tiède, bercé par le ressac de l’océan, on profite avec délice de l’apaisement procuré par ce blues des atolls. L’atmosphère épurée et calme ressentie immédiatement lors du lancement de ce ‘Quiet Rock’ persiste sur les tracks suivantes, notamment avec l’irrésistible ‘33RPM’ aux teintes suaves et aériennes.
Avec ‘Drifter’ on reste du côté bluesy de la musique, le rythme est un poil plus rapide, les sonorités wa-wa sont indémodables et de légers effets électroniques viennent donner un aspect légèrement trip hop à cet ensemble musical toujours aussi perché. Ce qui lance en orbite la composition suivante, très dub avec sa basse à contretemps, ses samples roots et son mélodica à la cool. Une ambiance qui file d’Hawaii à la Jamaïque avec naturel, voilà qui saura en intriguer plus d’un !
‘Flame On Candles’ propose de reposer un peu plus sa tête sur l’oreiller musical qu’est en train de devenir ce ‘Quiet Rock’ : bpm à 2 kilomètres heures, lyrisme doux à la guitare et mélodie simple sont les ingrédients de cette ballade intemporelle. Qu’il est bon d’entendre les cordes grincer légèrement sous les doigts de Kenji Jammer !!! Surtout en prélude de la compo’ suivante, qui rappelle la Louisiane et sa musique chaude !!!
Retour au dub avec ‘Fever’ : un dub puissant, aux skank affirmé, qui confirme le talent qu’ont les japonais pour (re)produire la musique jamaïcaine. Cette piste là est excellente, comme le reste de l’album d’ailleurs, et autorise nos yeux à s’entrouvrir doucement après la vague de berceuses mémorable qu’il nous a été donné de découvrir jusque là.

Les trois dernières pistes résument à elles seules ce melting pot musical concocté par Kenji Suzuki dans cet album : un bon gros blues électrique à la Popa Chubby, un rock psyché très 70’s, puis pour se dire au revoir un subtil mélange de musique acoustique du delta, de reggae et de pop électro…

‘Quiet Rock’ est au final un superbe album, plutôt calme, plein de guitares acoustiques et électriques, de mélodica, de machines, de l’esprit des îles d’où qu’elles soient, et il délivre une musique aux propriétés relaxantes indéniables.

Vous voulez en savoir plus ? Voici le lien vers le myspace de Kenji : Myspace's link

Si vous voulez écouter ou acheter cet album je vous conseille d'aller sur le site de HMV Japon, vous trouverez le lien dans la rubrique Liens (comme c'est étonnant) sur le côté droit de cet article !!:!

Tracklist
1. Hawaiian morning
2. One sunny day
3. 33RPM
4. Drifter
5. Free world
6. Flame on Candles
7. I came far if i thought
8. Fever
9. Jam 76
10. Expanding Consciousness
11. Full moon waltz

Kenji dans sa piaule :

 


 
Kenji en live :

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 02:13







The December Sound - The Silver Album
Sorti le 02-02-2009 -


Aux frontières du shoegaze, du psyché, de la pop et du rock arrive le premier album d’un groupe dont on devrait entendre parler encore longtemps.
Articulé autour de Zach Sarzana (ami du Brian Jonestown Massacre) le quatuor de The December Sound balance un ensemble de compositions brillantes qui voient se télescoper des mélodies simples et efficaces avec des saturations lourdes pour une sorte de revival des Jesus & Mary Chain (Rock Noisy-UK/Scotland) , en plus barré.
La recette shoegaze est là avec un mur sonore bien crado et narcotique (le superbe Never qui ouvre l’album), tandis que les voix s’envolent tels des anges sous éther se baladant de nuage en nuage. On pense alors, lors de l’écoute de Reminder notamment, à certains morceaux de « Takk » de Sigur Ros, album sous estimé au demeurant où l’énorme Glosoli connaît une montée comparable à celles plus reconnues de My Bloody Valentine…
Le reste est à l’avenant, impossible de ne pas accrocher à ces sonorités un peu folles qui scotchent autant par leur puissance de feu que par la justesse de leur construction : les effets se bousculent, les nappes sont de plus en plus enivrantes, l’énergie reste palpable à chaque coin de note prête à nous déchirer les tympans à la moindre faute d’inattention.
Tant de maturité pour un premier album ne doit surtout pas passer inaperçue !!!

Leur myspace est ici (follow the link) pour en savoir plus !

S vous aimez The December Sound vous aimerez également The Raveonettes (Pop Noisy-Danemark) , Pluramon (Electro/Indie rock-Allemagne) , ou encore The Black Angels (Rock psyché-USA) !!!

Un live :



Un autre live :


Partager cet article
Repost0
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 10:01




On ne peut pas détacher l'histoire de Sonic Youth de celle d'un de ses membres fondateurs. Thurston Moore, puisque c'est de lui qu'il s'agit, cherche à rejoindre les Sex Pistols à New York en 1979 et va croiser le chemin de Kim Gordon, alors étudiante, Cette rencontre sera très importante tant au niveau sentimental que musical. Les deux vont fonder une famille, ils ont une petite fille du nom de Coco Hayley Gordon Moore, mais également un groupe du nom de Sonic Youth influencé par le punk où se joindra un ami du nom de Lee Ranaldo.

Le groupe se produit à New York et balance de la saturation à tous les étages. Difficile d'assister à l'un des concerts de Sonic Youth sans avoir d'acouphènes !!! A cette époque (juste après 1981) le trio sort un mini album éponyme, puis deux albums complets dans les années suivantes, Confusion Is Sex en 1982 et Bad Moon Rising en 1985.
Un an plus tard débarque Steve Shelley à la batterie, lors de l'enregistrement d'un album qui va propulser le groupe au rang d'icone du rock indépendant américain. Evol, Sister, puis Daydream Nation sont enregistrés successivement, la notoriété de Sonic Youth est dès lors maximale.

Les années 90 sont marquées par trois albums (Goo, Dirty, Washing Machine) bien crados et un peu fous. Kim Gordon est une nouvelle égérie sexuelle, le groupe surfe sur la vague du succès et enchaîne les prestations dans des festivals toujours plus importants.

La cinquantaine passée les musiciens qui forment Sonic Youth continuent de créer et d'enregistrer sans cesse de nouveaux projets, tant en solo qu'aux manettes d'un des groupes de rock les plus expérimentés et les plus barrés qu'aient connu les Etats-Unis.

Sonic Youth devrait son nom à l'addition du nom d'un des membres du groupe de punk rock MC5 (Fred 'Sonic' Smith) et à celui du rastaman Big Youth.

Si vous aimez Sonic Youth vous aimerez également The Raveonettes (Pop Noisy-Danemark), Jucifer (Rock-USA), ou encore P J Harvey (Rock-UK) !

Vous voulez en savoir plus ? Site Officiel ; Myspace








 
Partager cet article
Repost0
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 11:53





Blind Melon est un groupe de rock originaire de Californie dont la carrière commença dans le courant de l'année 1989.
On retrouve des influences blues, cajun, grunge et psychédéliques dans les compositions du groupe.
C'est la voix extraordinaire du chanteur Shannon Hoon qui sublimera les chansons de Blind Melon, la réputation du bonhomme n'étant plus à faire puisqu'il aura participé avec talent au backing des Guns'N'Roses.

Après un premier album éponyme classieux Blind Melon va enregistrer un second projet intitulé "Soup" en 1995. C'est malheureusement à ce moment là que tout part en vrille lorsqu'on retrouve Shannon mort d'une overdose dans le bus du groupe pendant une tournée déconseillée par de nombreux médecins.

Les recettes de l'enregistrement suivant serviront à alimenter une association d'aide aux chanteurs dépendants à l'alcool et aux drogues dures, puis le groupe se séparera en 1999.

En 2006 Blind Melon se reforme et trouve un nouveau chanteur en la personne de Travis Warren. L'album enregistré en 2008, "For My Friends", est de grande qualité et lorgne parfois du côté de Led Zep'. Pourtant les fans regrettent toujours Shannon Hoon. Travis Warren quitte même rapidement le groupe l'accusant de ne jamais lui laisser de repos, alors que les musiciens le trouvent trop individualiste et peu communicatif.

Un nouvel album aurait été enregistré début 2009, mais avec quel chanteur ?

Vous voulez en savoir plus ? Myspace



Partager cet article
Repost0
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 11:34







C'est en 1988 qu'Andy Bell (chant, guitare solo),  Mark Gardener (chant, guitare rythmique), Steve Queralt (basse) et Laurence Colbert (batterie) créent le groupe RIDE.
Avec ses voix angéliques, ses compositions accessibles mais torturées et ses murs de saturation RIDE se pose rapidement comme une alternative sérieuse à la pop un peu trop sucrée venue d'Angleterre.

Les débuts voient le groupe se produire dans des petites salles ou pubs, puis après avoir effectué la première partie des Soup Dragons le quatuor signe enfin sur un premier label appelé Creation Records.

Le succès critique de premiers titres comme "Dreams Burn Down", "Vapour Trail" ou "Drive Blind" propulse RIDE au rang de grand espoir de la musique britannique : ces morceaux deviendront emblématiques du groupe, et le public en demandera toujours un peu plus lors des concerts.

En 1992 le morceau "Leave Them All Behind" et son mur de son scotche littéralement son petit monde, cette tuerie de près de huit minutes résume à elle seule l'esprit du shoegaze où il faut balancer du lourd avant d'essayer de se la raconter. Cette même année RIDE participe au Reading Festival aux côtés de Nirvana, Nick Cave, les Beastie Boys, P J Harvey, Public Enemy, L7 ou encore The God Machine...excusez du peu !

1994 marque le début de la fin pour Ride avec des dissensions de plus en plus marquées entre Bell et Gardener.
L'esprit psychédélique de la musique de RIDE sur l'album Carnival Of Light ne plait que moyennement aux fans des premiers jours (la production reste de grand qualité au demeurant). Et c'est en 1996 pour le dernier album, Tarantula, que le clash se produit...

Bell partira sous les cieux d'Oasis pendant que Gardener et les autres continueront leur carrière en solo sur des projets plus personnels et moins ambitieux que RIDE....

Vous voulez en savoir plus sur ce groupe mythique ? Myspace ; Site Officiel






Partager cet article
Repost0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 08:16




Pluramon est un projet de fusion musicale crée par Marcus Schmickler en 1996. Parti du monde de la musique électronique le groupe va petit à petit revenir sur les traces du noisy et du shoegaze.

Cependant Pluramon garde toujours sous la main tout un tas de bruits électro sur lesquels vient se greffer la superbe voix de Mary J Cruise, collaboratrice notamment de David Lynch.

Le dernier album en date, intitulé "The Monstrous Surplus" (2007, Karaoke Kalk) est un petit bijoux d'indie rock  à la sauce shoegaze : on y découvre une alchimie quasi parfaite de voix angéliques, de guitares légèrements saturées, d'envolées sensuelles et pourtant bruyantes....

Vous voulez en savoir plus ? Myspace



Partager cet article
Repost0
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 08:02




Anna Ternheim est une artiste suédoise qui chante en anglais. Elle commence à jouer de la guitare et à écrire des textes dès l'âge de dix ans.

C'est aux Etats-Unis, Atlanta, qu'elle monte son premier groupe et qu'elle se met à sillonner les pubs locaux ainsi que les petites scènes musicales. De retour en Suède elle continue à composer, puis s'établit à Lausanne où elle commence à étudier le français.

En 2004 Anna retourne enregistrer en Suède. Son premier album, "Somebody Outside" (2004), est enregistré dans une ancienne scierie sur l'île de Gotland. C'est un énorme succès dans son pays d'origine !

Depuis la carrière de cette chanteuse au joli minois ne fait que prendre de l'ampleur...

Vous voulez en savoir plus ? Myspace ; Site Officiel





Partager cet article
Repost0
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 14:05

http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/80/PJ_Harvey.jpg

 



L'arrivée d'un nouvel album de P J Harvey est toujours un évènement !!!
Depuis quelques jours on peut déguster le tout frais "A Woman A Man Walked By" qui a été enregistré aux côtés de John Parish, comme cela fut le cas pour un énorme album découvert en 1996, "Dance Hall At Loose Point".

P J Harvey est une artiste originaire de Yeovil en Angleterre, où elle vit le jour le 9 octobre 1969. Rapidement attirée par la musique elle commence par le saxophone avant de passer à la guitare.
Elle forme son premier groupe avec le bassiste Steeve Vaughn et le batteur Robert Ellis en 1991. Le son brut et abrasif, les paroles crues, le comportement choc : tout est réuni pour un succès mérité, la musique de P J Harvey s'affranchissant des codes du rock classique...

Quatre années plus tard P J Harvey décide de changer de  partenaires et s'embarque avec John Parish (déjà !), Joe Gore et Mick Harvey pour un projet un peu moins noisy. En découlera le superbe "To Bring You My Love", qui amorce l'évolution des compositions de P J vers des sonorités plus posées, plus mures, où P J explorera d'autres sentiments que la colère et la rage.

"Is This Desire ?", sorti en 1998, permet à P J Harvey d'explorer les envolées trip hop, et si le mélange entre le rock et l'électro qui découle de cette production est un succès critique (les fans adorent eux aussi) il s'avère que le grand public ne rendra pas hommage à cette expérience.

En 2009 "A Woman A Man Walked By" débarque après un précédent album qui fit son petit effet : P J abandonna sa guitare pour un temps. Les mélofies au piano et à la harpe de "White Chalk" resteront inoubliables pour tous ceux qui plongèrent dans ses mélodies intemporelles et presque flippantes.

P J Harvey est une auteur-compositrice majeure à laquelle il est terriblement difficile de ne pas s'attacher...

Vous voulez en savoir plus ? Myspace ; Site Non Officiel Français






Partager cet article
Repost0
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 01:07



Sarabeth Tucek est une songwriter et chanteuse originaire de la Big Apple.

On a pu l'entendre notamment sur un morceau excellent du Brian Joneston Massacre intitulé "We Are The Radio" avant qu'elle ne se lance dernièrement dans un projet solo assez planant.

Sur sa première galette on peut écouter des chansons orientées country, des ballades folk, voire parfois des tonalités grunge comme sur le titre "Holy Smoke" tout simplement merveilleux...

Vous ne serez pas étonné en apprenant que cette talentueuse musicienne a fait les premières parties des Black Rebel Motorcycle Club, Ray Lamontagne, The Black Angels, et Bob Dylan.

Vous voulez en savoir plus ? Myspace





Partager cet article
Repost0